SDA

Angence Télégraphique Suisse

Histoire

Plus de 100 ans d'indépendance
La naissance de l'Agence Télégraphique Suisse a pour cadre le développement des grandes agences de presse internationales au 19e siècle: Havas à Paris, Wolff à Berlin et Reuter à Londres. Les deux grands de la branche, Havas et Wolff, se partageaient le marché suisse, une situation qui posait différents problèmes. Des éditeurs ont décidé d’y remédier eux-mêmes et ont créé l'Agence Télégraphique Suisse afin d’assurer un échange d’informations indépendantes entre les régions du pays. L'ats a débuté ses activités le 1er janvier 1895 avec huit journalistes.

Croissance rapide
Au cours des décennies suivantes, l'ats n’a cessé de renforcer sa position de principale agence de presse suisse tout en faisant de l'impartialité le fil conducteur de son activité journalistique. Jusqu'à la Première Guerre mondiale, les informations étrangères venaient pour l’essentiel de Wolff et de Havas, soit de Berlin et de Paris. Elles ont alors été complétées par celles de Reuter, puis d’autres agences. L’ats est ainsi devenue une plaque tournante de l’information alors que ses flux entre les nations ennemies étaient coupés. Durant la Deuxième Guerre mondiale, les agences étrangères ont été soumises au contrôle des armées de leurs pays respectifs. L'ats a pu contrôler elle-même sa propre production.

«Vous écoutez les informations de l’Agence Télégraphique Suisse»
Parallèlement à son service de base, son produit principal, l’ats a commencé très tôt à proposer des services spéciaux très appréciés. Le service radiophonique a été le principal d’entre eux pendant plus de 50 ans.

Dès 1924, l’ats a fourni des dépêches au Radio Studio Zürich et, à partir de 1925, aux studios de Genève, Bâle et Berne. En 1931, elle a commencé à produire tous les bulletins radio en allemand et en français, du choix des nouvelles à la rédaction et la lecture au micro. L’italien est venu s’ajouter dès l’année suivante. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le service d’information radiophonique de l’Agence Télégraphique Suisse comptait parmi les émissions d’information les plus écoutées d’Europe. En 1971, l’information radio a été déléguée aux différentes unités de la SSR, qui depuis recueillent et diffusent elle-même les informations.

Télévision, téléphone, service online et mobile
A partir de 1950, l'ats a progressivement adapté ses services au nouvel environnement médiatique. En 1950, elle a lancé avec les PTT les services d’information par téléphone. De 1957 à 1965, elle a fourni à la télévision suisse des bulletins d’information en allemand, en français et en italien.

Le service de base, diffusé en trois langues, est cependant toujours resté sa priorité. Cette offre est actuellement complétée par six services régionaux ainsi qu’ats-People. L’ats propose aussi un online-feed 24 heures sur 24 et d’autres services mobiles, des infographies, des pages prêtes à l’impression, des bulletins rédigés pour les radios, des services spécialisés ainsi qu’ats-direct, une plateforme en ligne qui donne accès en temps réel à l’intégralité des archives du groupe ats.

Participations
L’ats s’est engagée dans une politique active en matière de participations. Ainsi, en 2000, elle a fondé news aktuell (Suisse) SA, une société qui offre aux entreprises de diffuser leurs communiqués de presse ainsi que d’autres prestations de relations publiques. L’ats détient 50% des parts, news aktuell GmbH (Hambourg) 30% et Deutsche Presse-Agentur (dpa) 20%. En 2001, l’ats a pris une première participation dans awp informations financières SA qu’elle a ensuite reprise progressivement. En 2005, elle en a cédé des parts à Deutsche Presse-Agentur (dpa) (35%) et à Thomson Reuters (30%). En 2013, dpa et l'ats ont repris les parts de Thomson Reuters. Elles détiennent dorénavant chacune 50% d'awp.

En 2008, l'ats et APA (Austria Presse Agentur), également une agence d’information, ont repris l’agence photographique KEYSTONE SA, y compris sa filiale PPR Media Relations SA. Elles en détiennent actuellement 50% chacune. Au 1er janvier 2017, l'ats et KEYSTONE ont lancé en étroite collaboration un service vidéo qui représente un développement conséquent de la petite unité vidéo qui était en place chez KEYSTONE pour une sélection de clients. Les vidéos ats sont intégrées au service de base sans supplément de prix.

En 2010, l’ats et APA ont fondé ats Informatique SA, qui fournit des services informatiques au groupe ats et aux médias suisses. Après une phase de développement et d'organisation, l'ats a racheté les parts d'APA le 1er octobre 2012 et en détient depuis la totalité. Au 1er janvier 2016, ats Informatique été réintégrée dans l'ats comme unité de service.

En 2010 également, l'ats et l'agence ddp (Deutscher Depeschendienst) ont décidé de coopérer en Suisse. L’ats a repris la licence pour la diffusion en Suisse des informations allemandes de dapd et du service étranger de dapd généré sur la base du service AP anglophone. Cette collaboration s'est achevée trois ans plus tard avec la faillite de dapd.

Peu après 2013, l'ats et dpa (Deutsche Presse-Agentur) ont décidé d'intensifier leur collaboration. L'ats a repris la distribution des produits dpa ainsi que les licences des services AP en anglais et allemand pour la Suisse et le Liechtenstein.

En 2016, l'ats a intégré Sportinformation Si SA. Jusque-là, Si était une filiale à 100% du groupe ats. Les deux sites de la rédaction, à Genève et à Zurich, ont été maintenus. L'ats possède des participations dans Sportinformation depuis les années de fondation et Si est devenue sa filiale en 1986. Sous le nom d'ats Sport, cette rédaction assure une couverture élargie de l'actualité sportive de grande qualité. Ses services et les contrats continuent d’être offerts séparément.


Images de notre histoire

Conférence internationale des agences télégraphique en 1924

Collaborateur ats en uniforme pendant son travail 

Un informateur radio lit des dépêches au siège de l'ats

Transmission par telex